L’impression 3D a le vent en poupe, en témoigne la première édition du salon AddFab. Un salon qui s’est tenu en début du mois, dédié à l’impression additive comme son nom l’indique.
Depuis quelques mois les progrès dans ce domaine ne font que s’accroître. L’impression 3D qui était à ses débuts consacrée aux prototypes, rentre désormais dans la cours des grands et permet ainsi de produire en grande série ; comme nous l’avions évoqué il y a quelques semaines avec Adidas qui a produit déjà plus de 100 000 semelles grâce à ce procédé de fabrication (pour retrouver cette actualité cliquez ici).
L’impression 3D évolue aussi sur la composition des pièces produites. En effet, grâce à des poudres métalliques et des technologies telles que le frittage laser, la fusion par faisceau d’électron et ou encore la projection de poudre, la production de pièces unitaires ou de faibles séries métalliques est en train d’arriver sur le marché de la fabrication additive.
Ce type de fabrication vise principalement les secteurs de l’aéronautique et du médical. Safran et Airbus ont été les premiers à se doter d’unités de production dédiées à l’impression 3D métalliques. Toutefois, la garantie de solidité de certaines pièces ne permet pas encore la généralisation de ce procédé.
Mais l’impression 3D métallique n’en reste pas là et poursuit son développement en intégrant le marché de l’automobile et plus particulièrement celui du véhicule électrique, puisque chaque gain de masse réalisé représente des kilomètres d’autonomie.
Ces dernières nouveautés laissent donc présager encore un bel avenir pour l’impression 3D !

Plus d’infos sur Industrie & Technologies.