Dernièrement StartAndFab évoquait les conditions pour que le rêve d’utiliser quotidiennement des voitures volantes devienne réalité (pour retrouver cet article cliquez ici.). Ce mois ci, dans la même tendance, nous nous penchons sur les taxis volants : le nouveau mode de transports urbains !

La frénésie des startups et des industriels pour ce nouveau moyen de locomotion les a amenés à réaliser plusieurs tests concluants sur ce type de transport. Ces derniers sont encourageants pour les firmes et les investisseurs, tels que le co-fondateur de Skype ou celui de Twitter, qui se sont engagés dans de tels projets.

Les levées de fonds de startups comme Volocopter, avec 25 millions d’euros, en Août, ou encore Lilium, avec 90 millions de dollars, en Septembre, témoignent de l’engouement pour la création et le déploiement de réseaux de taxis volants.

Ces startups, ainsi qu’Airbus, avec son projet CityAirbus, ont tous testés et approuvés un prototype à deux places qui décolle et atterri verticalement. Toutefois, les caractéristiques du véhicule sont propres à chaque projet. En effet, Lilium, présente le projet le plus ambitieux avec la volonté de passer d’un prototype biplace à un appareil fonctionnel de cinq places, ainsi que de réaliser un premier vol occupé à horizon 2019 et un déploiement du service d’ici 2030. Le projet présente un rayon d’action de 300 km, à une vélocité de 300 km/h. Ainsi, d’après la startup, un trajet de 19 km, entre Manhattan vers l’aéroport JFK de New York, prendrait à peine 5 minutes, contre 55 actuellement en voiture.

Volocopter a quant à elle pour objectif de transporter deux personnes sur une vingtaine de kilomètres à 100km/h, contre quatre, à 120 km/h pour Airbus. Les deux entreprises ont cependant l’objectif commun de délivrer ce service sans chauffeur et de prévoir une commercialisation dès 2018.

Des projets qui ont pour but sociétal de décongestionner le trafic terrestre. Bien que sur la bonne voie, leur investissement et leur volonté de déployer ce nouveau réseau de transport arriveront-t-ils à palier les contraintes liées aux voitures volantes ? (Pour en savoir plus sur ces contraintes, consultez l’article du mois dernier) Seul l’avenir nous le dira !